Dossiers Acrie

La recherche d'information

par Pascal Frion

Vous trouverez sur le site www.acrie.fr des "dossiers Acrie" présentant un domaine de l'intelligence économique, ou un sujet d'actualité.
La liste des "dossiers Acrie" est consultable à la page
www.acrie.fr/dossiersacrie.htm
Si vous souhaitez être informé de la date de mise en ligne du prochain "dossier Acrie", ou nous faire part de vos commentaires, vous pouvez nous laisser un message en utilisant notre
formulaire contact.

La recherche d'information

par Pascal Frion

L'intelligence économique tente de répondre à trois besoins essentiels :
1) rechercher de l'information quand on en manque ;
2) gérer l'information quand on en a beaucoup ;
3) diffuser l'information quand il faut communiquer.
Et bien sûr avant tout ceci, l'intelligence économique sert à se poser les bonnes questions et à élaborer une stratégie d'entreprise.

Si on s'arrête pour ce dossier du mois de mars 2000 sur la première problématique qui est la recherche d'information, il est à déplorer :
- notre manque de "connaissance" des sources d'information,
- notre manque de méthode d'approche de ces sources d'information,
- notre manque de prise de conscience que l'information doit être "travaillée" avec des méthodes qui peuvent s'apprendre.


Idée fausse sur la recherche d'information

Quand on parle d'information et de recherche d'information, il est de bon ton aujourd'hui de parler d'internet. Le réflex d'aller directement sur internet quand on a une question peut être inaproprié. Pour s'en convaincre, il suffit de prendre comme exemple un des outils de recherche gratuits les plus puissants sur internet et de se représenter approximativement le volume d'information concernée lorsqu'un utilisateur moyen l'utilise.

Le web est la partie la plus riche en volume d'information "accessible à tous sans difficulté" sur internet. Comparés aux pages et sites web, les forums de discussion et les listes de diffusion ne représentent pas grand chose. Disons pour fixer les idées et pour simplifier la démonstration que les listes et les forums représentent 20 % du volume d'information consultable sans difficulté sur internet (c'est probablement beaucoup moins en réalité).

Sur le web, l'outil de recherche gratuit le plus puissant est crédité d'environ 20 % de pages web référencées (soit environ 16 % de l'information consultable sans difficulté sur inernet). C'est à dire que quand vous connaissez l'existance de cet outil et que vous l'utilisiez - ce qui n'est pas sûr du tout - vous ne pouvez espérer obtenir environ qu'une information sur six. Il faut espérer que les pages qui vous intéressent en fassent partie. D'une part il est probable qu'un utilisateur moyen ne saura pas que certains outils sont plus puissants que d'autres ; et d'autre part, cet utilisateur moyen ne sait utiliser qu'environ 10 % du potentiel de l'outil de recherche (la plupart des recherches se font sans recours aux astuces booléennes et autres techniques de base de la recherche par mot clé comme les astérisques, parenthèses, fonction url:....). En conjecturant que l'utilisation de 10 % du potentiel de l'outils donne accès à 50 % du contenu référencé de ce même outil en passant beaucoup de temps à chercher, on peut en déduire des chiffres intéressants.

Si on fait rapidement les comptes, l'utilisateur moyen peut espérer accéder jusqu'à 50 % de 16 % de l'information accessible sans difficulté sur internet soit pas plus de 10 % pour arrondir. Et si on veut prendre du recul par rapport à internet, et que l'on suppose que pour une information sur interenet il y a une information qui n'est pas sur internet, un utilisateur moyen en utilisant internet n'a accès qu'à entre 5 et 10 % de l'information accessible.

Question de méthode

Il va sans dire que cette démonstration est discutable. Les proportions sont révocables en particulier. Il n'est pas non plus évoqué l'habileté de notre "utilisateur moyen" à apprendre des techniques sur internet, ni à se faire aider par son réseau relationel hors internet quand il en a besoin. Il faut de plus souvent utiliser plusieurs outils de recherche sur internet pour augmenter nos chances de mener à bien une recherche. Mais une chose est sûre, il nous faut apprendre à utiliser internet, tout en n'oubliant pas que d'autres sources d'information existent toujours sans pour cela se connecter via un modem.
Et voici deux exemples révélateurs de ce manque de méthode à appréhender l'information. Ces exemples sont bien réels et beaucoup plus nombreux que l'on ne croît ?

Exemples de manque de méthodes

Exemple 1
A l'occasion d'une formation aux méthodes de recherche d'information, une personne nous pose le problème suivant. "J'ai entendu dire que mon concurrent a un site web, et je n'arrive pas à le trouver, j'ai pourtant cherché pendant plus d'une heure sur internet ! Pourriez-vous me dire comment le trouver sur internet s'il vous plaît ?"
La réponse fut sans appel : "je vais vous le trouver en moins d'une minute si vous me dîtes de quelle entreprise il s'agit !" Et la surprise de cette personne fut grande devant une telle assurance. Mais quand je lui ai expliqué que je commencerais par regarder dans l'annuaire ou dans le minitel pour obtenir le numéro de téléphone de ce concurrent, puis je les appellerais et leur demanderais l'adresse de leur site web, cette personne a soudain réalisé que ses recherches avaient été vaines et qu'elles auraient pu être beaucoup plus courtes si elle avait tout simplement pensé à téléphoner directement. Aujourd'hui l'attrait d'un nouvel outil comme internet nous polarise sur ces capacités croissantes et nous détourne de bonnes vielles méthodes. Ne soyons pas rétrogrades, il nous faut aborder les nouveaux outils comme internet, mais avec de la méthode, et essayer sélectionner l'outils le plus adapté à la situation.


Exemple 2
Un deuxième exemple élargit le problème du manque de méthode sans aucun recours à internet. Un client nous appelle pour nous demander de l'aider car il cherchait 60 barres réalisées dans un matériau connu et semblait déserpérer d'en trouver. Ces barres un peu particulières devaient remplacer les barres qu'il utilisait habituellement, afin de répondre à une demande d'un de ses clients.

Sa méthode avait été de contacter les grands groupes connus pour le travail de ce métal dans toute l'Europe et de leur demander une série de 60 pièces. Ce client était surpris qu'aucune de ces grandes entreprises ne puisse répondre favorablement à sa demande.

Sa méthode pour trouver des barres fut loin d'être maîtrisée : plutôt que de demander à un artisant pour une petite série, il a été fait appel à des groupes qui n'aiment pas les petites séries et pour qui cela ne représente aucun intérêt ni financier ni économique, et pour tout dire beaucoup de travail pour pas grand chose. Par contre, en passant par les Chambres des Métiers, ou les centres techniques et autres organismes comme les Chambres de Commerce, il aurait été tout à fait simple d'identifier des artisants locaux qui auraient pu être mis en concurrence pour la réalisation de ce genre de commande. Par manque de méthode et surtout par manque de connaissance sur les relais à mettre en réseau dans ce genre de problématique notre client aurait été pris de court. Pour l'anecdote, il est à signaler que le client final a accepté la machine avec les barres d'origine et que toute cette débauche d'énergie n'a servie à rien du tout, sauf peut-être à faire prendre conscience à notre client qu'il est utile de s'entourrer d'un réservoir de sources d'information qui devraient faire partie de notre "culture économique".

Conclusion

Cette démonstration a pour but de montrer l'enjeu d'entreprendre l'acquisition de méthode dans la recherche d'information.
- Des méthodes pour mieux rechercher l'information sur internet,
- Des méthodes pour mieux rechercher l'information hors internet.

L'idéal serait d'arriver à une maîtrise - partielle soit-elle - des sources d'information sur et hors internet, et d'être capable de choisir la meilleur démarche à chaque recherche d'information.

Internet est-elle la source d'information la plus pertinente pour ce problème ? Cette question mériterait d'être posée lorsque l'on s'apprete à se connecter à internet. N'oublions pas nos amis qui connaissent beaucoup de choses et en qui nous avons confiance.

Lorsque nous réalisons des formations à la recherche d'information sur internet, nous avons souvent des personnes qui découvrent la recherche d'information grâce à internet, et pour qui une méthode de recherche d'information (avant internet) n'a jamais été enseignée.

L'objectif n'est pas de nous faire tous devenir des spécialistes de la recherche d'information, mais donner un outil comme internet ou une base de données à une personne et lui dire de faire de l'intellience économique, c'est courrir à la catastrophe et à des désillusions.

L'intelligence c'est avant tout "faire des liens entre les choses" et donc entre les besoins en information et les lieux où sont détenus les informations.Vive internet car c'est à la fois un outil riche en contenu, ainsi qu'un révélateur de nos manques de méthodes. A nous de combler ces manques de méthodes...

Pascal Frion a écrit un livre sur le sujet de la recherche d'information

Retour à la page des dossiers Acrie
Retour à la page du
contenu du site
Retour à la
page d'accueil

Acrie Réseau National est le premier réseau d'intelligence économique national privé 

© 1999 Acrie - Adrélec : info@acrie.fr